Te reposer tu feras, t’écrouler tu éviteras.

Je parle rarement des photos qui illustrent mes textes. Mais, cette fois-ci, je me dois de parler de mon choix. Je cherchais une photo qui représente le repos à mes yeux quand je fus attirée par celle-ci. Prise de conscience essentielle : six mois sous certif et je ne me suis pas donnée une seule fois le droit de me reposer comme sur la photo. Je me repose quand mon corps dit STOP. Mais dès que je tiens debout, je passe ma journée à me trainer, à rassurer mon entourage, à ranger dans le vide entre deux crises d’angoisse, étant du coup déjà à bout quand il est l’heure d’aller chercher les enfants à l’école. Comment m’étonner que mon corps cède à nouveau ? Bon, évidemment, il n’est pas facile de lâcher prise quand on a toute une vie de famille à protéger de cette maladie (excuse parmi d’autres. Tout le monde a des raisons pour ne pas lâcher prise).  Mais tout de même, puis-je vraiment prétendre que je n’en ai pas eu l’occasion ? Ou dois-je enfin admettre que j’en suis incapable et que je me dois de l’apprendre si je veux guérir. 

Continuer à lire … « Te reposer tu feras, t’écrouler tu éviteras. »