22/11 L’erreur est humaine

Deuxième jour du miracle burnout. Je savais dès le départ que la journée n’allait pas être facile vu que les deux petits étaient en journée pédagogique  et que mon mari devait travailler jusque 20h. D’habitude, quand je sais à l’avance qu’une journée me demandera beaucoup d’énergie, je traîne dans mon lit jusqu’à ce qu’ils se réveillent. Mais ça c’était avant. 😝 Cette fois ci, je fis l’inverse : réveil ⏰  à 6h30 pour avoir un moment à moi avant que les p’tits débarquent avec toute la joie de vivre propre à leur âge. Et vous savez quoi ? C’était hyper efficace. Si, si ! Avoir ce petit moment de silence avant d’affronter la fougue des enfants m’a vraiment permis d’être plus sereine.

Continuer à lire … « 22/11 L’erreur est humaine »

premier matin

Le matin, je me traîne. Sortir du lit est difficile. Mais ce matin est différent.     Une pensée exaltante me donne une énergie nouvelle ou du moins oubliée : ce matin, mon miracle burnout commence. 😊 Ayant cette foutue manie de me parler à moi-même, je mets les choses aux claires directement : mollo avec cette énergie miss, au sinon, dans une heure, tu t’écroules ! Et si j’écris ces quelques lignes, c’est que j’ai tenu bon, oui oui ! Première journée à noter dans mon carnet, c’est parti. 

Continuer à lire … « premier matin »

Te victimiser tu refuseras

Neuf mois… Neuf mois que je suis en burn out. Il y a un mois, je passais des tests dans une clinique du stress. La journée étant ponctuée de longues attentes entre deux examens cliniques, j’en profitai pour bavarder avec une autre patiente. Celle-ci me posa une question à laquelle je répondis spontanément un « non » catégorique : « allez-vous déjà un peu mieux ? » Pour ma défense, je venais de subir une rechute énorme. Malgré tout, l’impulsivité de ma réponse me surprit moi-même. Et je pris un instant pour essayer de me rappeler les premiers mois de burn-out. Oui, clairement, je vais déjà mieux. Je ne retravaille toujours pas, non, mais je vais mieux !

Continuer à lire … « Te victimiser tu refuseras »

Accepter ta maladie tu feras.

Il m’aura fallu près d’une demi-année de rechutes constantes avant d’accepter que ce burn-out fasse partie de moi. Ma technique des premiers mois ? « Accepter » de s’écrouler quand je m’écroule et se traîner à « rattraper le retard » dès que je tiens debout. Résister, tout faire pour rester soi. Bon, je vous le dis tout de suite, c’est une technique infaillible… pour ne pas guérir. Alors, fonçons découvrir cette troisième leçon : l’acceptation du burn-out.

Continuer à lire … « Accepter ta maladie tu feras. »