19 août : le réveil

J’ai dormi quasiment tout le week-end avec des petites phases de réveils bien insignifiantes. Je me sens mieux, vidée mais mieux. Les mille pensées qui se battaient dans ma tête se sont tues. La lutte corps – esprit a clairement cessé. Mon corps est faible mais détendue. Je ne mange rien et cela devait déjà être le cas depuis un moment vu que ma balance vient de m’avouer que j’ai reperdu 4 kilos en une dizaine de jours.

J’admets l’évidence, je suis rentrée dans mon fonctionnement habituel… Celui qui ne fonctionne plus… Je suis longue à la détente. Je réalise honteusement que je suis exactement dans le même schéma que l’année passée : vacances en famille, craquage lors de la semaine à la mer, partir comme une voleuse, m’écrouler… C’est super, je progresse ! #vive l’ironie

Mais finalement, oui, je progresse ! Je progresse car je ne réagis pas comme avant. J’arrive à aller de l’avant, à voir clairement mes erreurs. J’ai nié beaucoup d’émotions, notamment celles liées à ma reprise de boulot. Je me suis à nouveau mis en tête que guérir était une question de volonté. Je voulais résister à mes angoisses, les refuser, les combattre. Je me suis aussi imposée une vie sociale chargée et je me suis forcée à réagir positivement à « la perte de ma psy ». Il y a dix jours, elle m’a annoncé qu’il valait mieux qu’on arrête. Oui, je ne te l’ai pas dit car je ne parle que d’un fait lorsque j’arrive à garder un certain détachement. Ce n’est pas le cas ici… Pas encore. Mais me retrouver sans psy à moins d’un mois de ma reprise de boulot a plus que probablement augmenté le stress de cette reprise.

Cette crise n’est pas une rechute, non ! J’ai dorénavant confiance en mon corps, il craque quand je fais fausse-route dans le simple but de me faire entendre ce que je refuse d’admettre. C’est violent, mais malheureusement nécessaire. Peut-être est-ce le moment de remettre de nouvelles choses en place. J’ai rendez-vous ce soir avec une psychologue… Demain matin, j’ai rendez-vous pour un massage shiatsu. J’espère avoir la chance de ressentir bien vite que ces personnes peuvent m’aider à affronter les prochains mois riches en émotions car je ne me vois vraiment pas y arriver seule…

Auteur : hp DYSjonctée

Dys, hp et en burnout sévère... parce que je ne fais jamais rien à moitié.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s