24 juillet : la tempête émotionnelle

Je suis une boule de nerfs depuis mon retour d’Andalousie… D’une telle nervosité que je suis incapable de fixer mes idées et donc de lire ou d’écrire… D’où mon silence sur le blog.

La semaine en Andalousie a été immédiatement suivie de deux semaines de vacances en famille avec les enfants, mes parents et quelques autres personnes…. Nous rentrons dans deux jours… Trois semaines sans le moindre moment de solitude…

J’ai dur. Dur avec les regards posés sur moi, dur avec l’interaction constante. Je suis lente et j’ai besoin d’un calme absolu pour avoir les idées claires. Mon cerveau se sent très vite surchargé. Le resto, par exemple, reste très difficile pour moi. Premièrement, j’angoisse devant un menu comme si ma vie toute entière allait dépendre de mon choix. Deuxièmement, les enfants – et même les adultes – me parlent pendant que je lis et je ne sais pas gérer les deux en même temps. Alors je m’énerve ou je panique, mes tocs deviennent hors de contrôle et je me retrouve en moins de deux piégée dans un esprit totalement négatif : je n’ai pas envie d’être là. Et à partir du moment où on se focalise sur une telle pensée, rien ne va plus… Rien ne peut aller… Entendre un « mamaaaaan » alors que je me réfugie à peine quelques minutes dans ma chambre me suffit déjà pour réagir comme si ma vie était un enfer.

Habituellement, je fais partie de ceux qui tempère. Je ne le dis pas d’un ton supérieur. C’est un défaut ou une qualité d’après le contexte… Mais j’ai toujours cru naïvement que c’était un choix de s’énerver pour un rien ou pas. Et là, malgré que la sérénité intérieure me manque cruellement, tout m’énerve. Décidément, le Burn-out n’a pas fini de me faire descendre de mon piédestal. Toutes ces choses que je relativisais facilement me font bondir : une attitude, une pensée ou même juste une présence. J’ai besoin qu’on me foute la paix et j’en deviens totalement intolérante. Je pourrais dire qu’on me cherche, qu’il y a des non-sens absolus, mais je ne peux qu’admettre que – qu’importe ce qui le justifie – je suis une vraie machine à déchargement émotionnel.

Je n’ai pas envie de me battre pour une pensée ni envie de me vexer pour la moindre parole. Je veux rester celle qui rit des défauts et qui aime inconditionnellement la vie et les gens. Je ne veux plus jamais nier le négatif, mais j’aimerais tant sortir de cette spirale négative et cesser de bouillonner de l’intérieur. C’est usant à un tel point que je plains définitivement les personnes qui râlent pour tout et n’importe quoi.

Je ne sais pas à quelle question je dois réussir à répondre en premier : comment retrouver mon calme ou d’où vient cette colère intérieure ? Je ne sais même pas si je dois répondre à l’une de ces questions ou si je dois simplement attendre que cette colère s’atténue d’elle-même… Ou accepter que je ne suis désormais plus si calme que ça… Je ne sais pas… Mais je sais que je n’ai pas envie de rajouter de la négativité dans ce monde, ni de la ressentir à l’intérieur de moi.

Mon esprit se pose en même temps que les mots sur ce blog. Oh oui, je peux te donner plein de raisons de me sentir énervée… Mais force est de constater que ces ondes négatives rendent l’ambiance plus électrique que jamais. Oui, cet énervement intérieur est contagieux. Et cette seule prise de conscience me donne l’envie de tempérer à nouveau. Le simple fait de prendre la responsabilité de cet état intérieur au lieu de me focaliser sur tous les faits extérieurs qui pourraient la justifier m’aide déjà à me sentir plus calme. J’ai réussi à lire trente minutes et à me poser un instant pour écrire ces quelques lignes. J’espère retrouver suffisamment de sérénité pour écrire à nouveau.. Jusqu’à mon prochain silence…. Que tu respectes à chaque fois 💕

Auteur : hp DYSjonctée

Dys, hp et en burnout sévère... parce que je n’en fais jamais rien à moitié.

4 réflexions sur « 24 juillet : la tempête émotionnelle »

  1. Bonjour à toi HP dysjonctée…Ne t inquiète pas….ta boule de nerfs va passer. Rien n est jamais acquis et tu as certainement besoin d un sas de décompression. Il est important que tu identifies ce qui t as mis dans cet état. Les deux séjours consécutifs ont peut-être été le «trop» dans ton rituel, ce qui ne t as pas permis de te recentrer et d avoir des moments de solitude. Garde en tête que tu dois poser des limites à ta propre exigence personnelle. Courage…Le seul fait de partager ton vécu va t aider à revenir à l essentiel.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Isa,

      rien n’est jamais acquis… Merci Isa, tu as tout à fait raison, ça rejoint ce que je viens de lire dans un livre que je te ferai prochainement découvrir. Je pense effectivement que je ne suis plus capable de vivre « en société » comme ça durant plusieurs semaines (même plusieurs jours en fait 😉 ). Il y a des limites que j’accepte facilement mais d’autres pas. Ces deux semaines me permettent à nouveau une belle prise de conscience à ce niveau là 😉 Contente de te lire en tout cas, bisous ❤

      Aimé par 1 personne

  2. les tempêtes passent….puis reviennent, puis laissent place à de l’apaisement
    c’est mon chemin aussi depuis maintenant trois ans et demi,
    mais le simple fait de le dire, de l’écrire, montre que vous avez fait déjà un bon chemin .
    Ce sentiment d’être « envahie » par les autres, je le ressens, et pourtant j’adore ma famille qui a toujours été bienveillante, mais j’ai aujourd’hui besoin d’être « avec moi » sereine tranquille
    difficile équilibre à trouver mais ne pas désespérer .
    Courage, vous êtes sur le bon chemin….

    Aimé par 1 personne

    1. Merci 😊 C’est exactement ça. Un équilibre jamais acquis mais à rechercher quotidiennement je pense… Le besoin d’être seule avec moi…. Un besoin que je réfute très fort… Ces deux semaines de vacances m’auront aidé à prendre conscience ue nier ce besoin fait pire que mieux. Je vais savourer ma solitude des prochains jours, c’est sûr 😉

      Courage à vous aussi.

      Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s