29-06 Briser ses chaînes

Mon silence a été long… encore une fois. Mais il était plus que jamais positivement nécessaire. Depuis ma deuxième retraite, beaucoup de choses se sont bousculées. Et je peux désormais affirmer ce que j’espérais depuis plusieurs mois : les retraites me sortent du burnout à une vitesse vertigineuse.

La première m’a principalement permis de récupérer de l’énergie vitale. En haut de ces montagnes, je me suis rappelé qui j’étais avant le burnout. J’y ai retrouvé ma flamme, mon côté passionné. Cette retraite m’a aussi permis de faire des bonds en avant dans mon cheminement personnel, notamment quant à mon incapacité à sortir de ma zone de confort. Depuis lors, j’ai encore eu des coups bas mais je les vis différemment. Je garde toujours en tête que ce n’est qu’un orage, et qu’un orage finit toujours par passer. Je lâche-prise et j’attends. Je me donne le droit d’aller mal, tout simplement. Ce n’est que l’état d’esprit qui change… mais ça change tout !

La deuxième retraite a été moins efficace au niveau de l’énergie. Je suis revenue aussi fatiguée qu’à mon départ. Contrairement à la première fois, je n’étais pas seule avec ma psy. Nous étions cinq. Après un an et demi de thérapie durant laquelle je m’obstinais à prétendre être la seule responsable de mon burnout et qu’aucun fait extérieur ne le justifie, j’ai bien dû admettre que mes relations sociales ont un énorme impact sur moi. Une personne présente était toxique et je me laissais totalement envahir par sa toxicité. Ma psy en a évidemment profité pour me mettre face à mes dénis. Ce ne fut pas reposant mais le déclic fut de taille, notamment au sujet de l’origine profonde de mes angoisses.

Depuis lors, je suis restée très silencieuse sur mon blog (à une petite période frénétique près 😜). Je n’ai même pas répondu à tes messages, j’en suis désolée. Mais j’avais besoin de toute mon énergie pour traverser cet orage. Sortir du déni et prendre conscience de certaines choses douloureuses a été source de crises d’angoisses puissantes. J’ai passé un mois dans une dualité absolue entre une part de moi qui veux plus que jamais se libérer de ses chaînes et l’autre part qui fait une crise d’angoisse après l’autre à l’idée de changer quoi que ce soit dans ma vie. Je me sentais au fond du gouffre, impuissante, telle une personne qui vient de comprendre qu’elle est en prison mais qui n’a pas les clés pour en sortir. N’est-ce pas précisément pour ça que j’étais dans le déni ? N’étais-ce pas mieux ?

Bizarrement, j’étais toujours capable de rassurer ma psy. J’avais pourtant tout à fait conscience qu’une partie de moi était épuisée à un tel point que je me sentais prête à totalement baisser les bras et à accepter définitivement mon état de malade (ou pire…). Mais je ressentais aussi un instinct de survie de dingue, et je me rendais bien compte que je devais affronter mes démons sans tarder si je ne voulais pas que ça se termine mal. Et j’avais raison, derrière toutes mes faiblesses se cache une âme de guerrière (si, si 😉) . J’ai surmonté l’orage et j’ai pris des décisions radicales qui vont bouleverser notre train de vie. Pour y arriver, j’ai eu plusieurs anges gardiens sur mon chemin et je les en remercie 💕. Je sais qu’il va falloir encore un peu de temps pour que la dualité en moi s’apaise. Je sais que je vais encore affronter pas mal de crises d’angoisses et traverser bien des moments de désespoirs. Mais je me sens libérée de mes chaînes. Je suis en accord avec mes valeurs et prête à affronter les inquiétudes et reproches qui suivront plus que probablement.

Une année scolaire éprouvante se termine et la prochaine -même si elle sera riche en émotions- nous permettra, je l’espère, d’introduire beaucoup d’apaisement dans ce domaine tout en facilitant grandement notre vie quotidienne. Bien entendu, il y a toujours un revers à la médaille, mais je me sens prête à l’affronter.

J’ai une douce sensation ce soir. Celle de récolter enfin les fruits d’un an et demi d’efforts qui semblaient vains. Je te souhaite de tout coeur de savourer les fruits de ta récolte d’ici peu ! 😘

Ps : Je suis désolée de rester vague, mais j’essaie vraiment de raconter ce qui peut t’aider dans ton cheminement personnel sans trop parler de ma vie privée.

Auteur : hp DYSjonctée

Dys, hp et en burnout sévère... parce que je ne fais jamais rien à moitié.

4 réflexions sur « 29-06 Briser ses chaînes »

  1. Bonjour HP dysjonctée….Bon Dieu……qu’ est ce que j ai pensé à toi durant ton silence au point que j ai parlé de toi à mon compagnon. J avais tellement peur que tu aies été hospitalisée au vu de ta perte de poids. Je suis tellement contente de lire ton cheminement de vie qui va t aider à te libérer de tes chaînes et à exprimer autour de toi ce qui doit changer dans ton quotidien. Je vis la même situation que toi et je peux dire que je sors à 75 % d un état comateux. J ai compris que je me faisais manger par les habitudes et par ma vie alors que c est à moi de croquer la vie autrement. J ai cru que le travail dominait ma vie alors que c est à moi de diriger ma charge de boulot à mon rythme. Je pensais que certaines personnes m apportaient du bien alors qu’ elles me tirent en arrière. J étais convaincue d être attendue par les uns et les autres alors qu’ aujourd’hui je me rends compte que personne ne m attends quelque part. J’avais la conviction profonde que je n avais pas le droit de quitter mon foyer pour vivre des moments joyeux sans mon compagnon et mes grands enfants alors que je sais aujourd’hui que je suis une grande fille et que je suis capable de partir de chez moi pour quelques jours dans la spontanéité. J ai deux mains gauches et aujourd’hui je m éclate dans des séances d art thérapie. Bref je parleparlé beaucoup de moi alors que c est ton blog ….Excuse moi mais c est pour dire que le Burn Out on en sort un jour. Il part à petits pas de la même manière qu’ il est arrivé. Nous en sortons grandies….Courage à toi, à moi, à nous les extraterrestres de cet univers.

    Aimé par 1 personne

    1. Oh non, ne te freine pas, parle encore et encore de toi. Mon but n’est pas de parler de moi, mais de nous ❤️ Quel olaisir de te lire d’ailleurs. Tu sembles bien avancer, toi aussi. Je n’ai pas reçu ton mail par contre 🤔 Ta bienveillance me touche profondément. je t’embrasse 😘

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s