21 mai : deuxième jour de retraite

Ici, Je suis entourée d’autres personnes hypersensibles et je suis, du coup, confrontée à leur richesse. Aurais-je la même en moi ? Ils ont l’air, eux aussi, d’en douter à un tel point alors que ça saute aux yeux que ce sont des personnes formidables.

J’ai plus que jamais l’impression de ne pas avoir les armes pour ce monde, être entourée de personnes du même style accentue cette sensation. Avec eux, tout est tellement simple. Pas de jugements, de la douceur, de l’ouverture d’esprit, l’acceptation des autres tels qu’ils sont. Rire des défauts et être touchée par les âmes.

D’un autre côté, je ressens l’envie d’être comme je suis. Offrir au monde mes forces et ne laisser personne me donner l’impression que ce sont des faiblesses. On a tant besoin de personnes comme ça… Je ne le vois pas chez moi, mais chez eux, ici, c’est tellement flagrant.

Hier était clairement une journée difficile : levée à 3h du matin pour un vol à 6h, la foule a l’aéroport, parler à des inconnus, se retrouver serré dans l’avion, location de voiture en arrivant… Je me suis écroulée à 20h, abandonnant les autres au début début du repas, et je me suis endormie comme une masse.

Ce matin, je me suis levée toujours très angoissée mais déjà moins fatiguée. Nous avons déjeuné à notre aise. Il y a ma psy, M. Son âme sœur W. Et deux autres patients que moi : R. Et S.

Après un réveil tendre, à notre rythme, nous avons été en pleine nature faire du yoga naturel durant deux heures. Le but est vraiment de laisser le corps te guider dans les gestes dont il a besoin pour se détendre. Des mouvements inhabituels, « archaïques » qui libérent le pouvoir du corps. C’est le thème de cette semaine, le rapport au corps.

Je me sens detendue. J’ai déjà beaucoup moins d’angoisses même si mon corps continue à réagir depuis deux semaines d’une façon que je ne comprends pas. Cette envie de fuite, terrible. Elle reste. Mais j’essaie de me parler, de me rassurer. De me répéter encore et encore le bien que ça me fait.

L’après-midi, j’ai eu un entretien d’une heure avec M. Elle m’a fait, pour la première fois, un « soin du corps ». C’est impressionnant. Couchée, les yeux fermées, je devais respirer très profondément pour bien oxygéner les cellules… Voilà, c’est tout, juste se concentrer sur sa respiration et se laisser faire pendant qu’elle s’occupe des fameux méridiens. Le résultat a été impressionnant. Le corps se met à trembler, et une souffrance énorme à commencé à faire son apparition. Quand elle a commencé à prendre de la force, j’ai senti la même sensation que lors d’une crise d’angoisse… Et, évidemment, cette même envie de bloquer le truc. Mais ma psy était la pour ma rassurer et me rappeler de respirer. Le corps tremblait, les larmes coulaient de mes yeux fermés. Soudain, cette souffrance s’en est allée, comme par magie. Quelle sensation de bien-être par la suite !

Le soir, nous sommes descendus de notre belle montagne isolée et nous avons passé un merveilleux moment à cinq dans un petit resto vegan, le long de la mer. Je me suis retrouvée à pleurer de rire en papotant à une heure où, d’habitude, je dors déjà depuis bien longtemps. Mes forces reviennent déjà, comme au mois de mars.

Je vous partage une photo de paysage pris sur la route de la mer. Ce lieu est magique ❤️

Auteur : hp DYSjonctée

Dys, hp et en burnout sévère... parce que je ne fais jamais rien à moitié.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s