Quand l’envie d’écrire revient…

Un mois et demi… Un mois et demi que je me suis coupée du monde.

Au début, c’était un choix pratico-pratique. Période d’examens pour les enfants, je voulais être sûre de tenir le coup et j’ai donc fait ce qui me semblait le plus juste : laisser tomber tout ce qui n’était pas indispensable. J’ai survécu aux examens… mais je me suis piégée en ouvrant à nouveau l’option « tout oublier pour tenir le coup ». Ayant pris du retard dans le ménage et autre, j’ai continué à mettre tout de côté pour « survivre » : ne plus lire, ne plus écrire, ne plus prendre le temps d’un moment de silence au matin, … Et surtout me mettre à nouveau la pression : « allez, hop, hauts les cœurs, ça fait un an, il est temps que tu sois à nouveau capable de faire ceci, d’assumer cela,… » Le résultat ne s’est pas fait attendre, je me suis bien vite retrouvée à nouveau dépassée par ma dépression, envahie par les angoisses et incapable d’assumer quoi que ce soit.

Depuis quelques jours, je sens l’énergie revenir, je sors doucement de ma grotte et l’envie de lire et d’écrire revient doucement. Je vais donc essayer d’écrire tous les jours. Oui, je sais, « essayer » est un mot à éviter qui signe à l’avance l’idée d’un échec. Mais ne dit-on pas aussi que chaque réussite commence avec la volonté d’essayer ? Ne dit-on pas non plus que lorsqu’on est en burnout, il ne faut pas se mettre la pression ? Je vais donc essayer d’écrire tous les jours. Ce sera peut-être qu’une fois par semaine, on verra ! L’important, c’est que ce moment de vide m’a permis, comme à chaque fois, de comprendre certaines choses et donc d’avancer. J’ai compris qu’il faut éviter de se mettre de côté lorsqu’on se sent dépassé. Et oui, nous le faisons tous, je n’ai aucun doute à ce sujet : quand on ne sait pas tout gérer, le plus facile à laisser tomber, c’est soi-même. Voici l’extrait d’un livre qui m’a aidé à prendre conscience de tout ceci :

« Souvent, vous êtes à un moment où vous vous sentez mal. Vous auriez besoin de prendre du temps pour vous, pour retrouver votre équilibre intérieur avec une activité qui vous fait du bien, qui vous passionne… Or vous pensez que c’est quand vous serez bien, que vous vous sentirez équilibré dans votre vie, que vous pourrez vous mettre à cette passion qui vous anime. Ce que vous ne voyez pas, c’est que c’est justement cette passion qui est le chemin vers qui vous êtes, le chemin vers la joie, le chemin vers l’enthousiasme. Votre passion est le moteur de votre être, elle est le chemin vers l’équilibre et le mieux-être. Mais vous faites l’inverse. » (Ne crains pas que ta vie prenne fin un jour mais plutôt qu’elle n’ait jamais commencé, Laurence Luyé-Tanet)

Même si le « miracle burnout » est toujours resté dans un coin de ma tête, mon attitude n’y correspondait plus du tout. Ce n’est pas un reproche que je me fais, juste une constatation, sans culpabilité ou auto-flagellation. J’ai voulu garder l’esprit positif mais en retirant de mon quotidien tout ce qui me ressource. Et vous savez quoi ? Écrire ces quelques lignes me remplit de joie ! 🙂

Auteur : hp DYSjonctée

Dys, hp et en burnout sévère... parce que je n’en fais jamais rien à moitié.

2 réflexions sur « Quand l’envie d’écrire revient… »

  1. c’est bon de te lire, et bon de sentir que l’envie revient. et puis d’un coup, cette piqûre de rappel « Votre passion est le moteur de votre être, elle est le chemin vers l’équilibre et le mieux-être. » wahou!! merci, merci !!! 😀 et je file lire les autres articles, bisous

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s