22/11 L’erreur est humaine

Deuxième jour du miracle burnout. Je savais dès le départ que la journée n’allait pas être facile vu que les deux petits étaient en journée pédagogique  et que mon mari devait travailler jusque 20h. D’habitude, quand je sais à l’avance qu’une journée me demandera beaucoup d’énergie, je traîne dans mon lit jusqu’à ce qu’ils se réveillent. Mais ça c’était avant. 😝 Cette fois ci, je fis l’inverse : réveil ⏰  à 6h30 pour avoir un moment à moi avant que les p’tits débarquent avec toute la joie de vivre propre à leur âge. Et vous savez quoi ? C’était hyper efficace. Si, si ! Avoir ce petit moment de silence avant d’affronter la fougue des enfants m’a vraiment permis d’être plus sereine.

Silence

C’est fou, j’ai déjà l’impression de ne plus savoir me passer de ce moment de silence, seule avec moi-même, sans lutter contre mes pensées, mes émotions ou mes angoisses. Étonnement, je me sens sereine et bien plus reposée de cette façon. Avoir un instant silencieux avant d’affronter les enfants me permet vraiment d’être plus calme. Je le sens, là journée se passera bien. 

Lecture 

Deuxième mission du livre « la magie », je dois à nouveau faire une liste de dix bienfaits pour lesquels je suis reconnaissante. Je devais aussi trouver un cailloux agréable à tenir en main. Ça tombe bien, ma fille m’en a offert un merveilleux il y a quelques années. C’est fou comme le passé peut parfois rebondir dans notre présent… Allez, hop, les enfants dorment encore, je vais tenter de retrouver ce caillou… Caillou en main, je relis mes dix nouvelles gratitudes : 

  • La méga écharpe hyper-douce que j’ai reçu de ma maman. J’ai tout le temps froid, je ne la quitte plus (euh, oui, oui, à l’intérieur aussi 😉 ). 
  • Le bon petit plat que mon mari a vite préparé au matin afin que je ne doive pas m’en préoccuper 💕
  • La bonne humeur des enfants dès le matin. 
  • La tendre soirée d’hier avec mon mari.
  • Le fait d’habiter dans un endroit calme.
  • Hmm, la bonne odeur d’une délicieuse crème vanille.
  • Les enfants qui ont sauté de joie quand j’ai proposé d’aller manger un fast-food. 
  • Les câlins à volonté 
  • Le ronronnement du chat… j’adore 💕
  • La gentillesse du vendeur d’un magasin (voir plus bas).

Écriture 

Voici l’histoire que j’ai envie de partager avec vous aujourd’hui :
« Bob Hoover, célèbre pilote d’essai entraîné aux acrobaties aériennes, rentre chez lui à Los Angeles. Il quitte le terrain d’aviation de San Diego lorsque, brusquement, à cent mètres du sol, ses moteurs s’arrêtent. Il manœuvre avec toute l’habileté d’un pilote expérimenté et réussit à se poser. Les passagers sont indemnes mais l’avion, un appareil à hélices de la Deuxième Guerre mondiale, est sérieusement endommagé. Hoover a un pressentiment et son premier réflexe, après l’atterrissage forcé, est d’aller examiner le carburant dans le réservoir. Il a deviné juste. Ce n’est pas avec de l’essence qu’on a rempli le réservoir, mais avec du kérosène. De retour à l’aéroport, il demande à voir le mécanicien responsable. Hoover voit le jeune homme écrasé sous le poids de son erreur. L’angoisse se lit sur son visage en larmes. Par sa faute, un appareil coûteux est hors d’usage et trois personnes ont failli perdre la vie. Le pilote fier et méticuleux qu’est Hoover va sûrement donner libre cours à sa colère et l’accabler de reproches sur sa négligence. Au lieu de le blâmer et de le critiquer, Hoover passe son bras autour des épaules du jeune homme et lui dit : « Je suis convaincu que tu ne referas jamais plus cette erreur. Et, pour te le prouver, je tiens à ce que ce soit toi qui t’occupes demain de mon F 51. »

On me dit souvent trop gentille, mais quand je lis ce genre d’histoire, je me dis qu’être plus méchant n’aiderait en rien le monde à se porter mieux. Non, je dois plutôt apprendre à être tout aussi compatissante avec moi-même, à ne pas me condamner constamment, mais je n’ai pas envie d’apprendre à être moins sensible (même si ce n’est pas tous les jours drôle), au contraire, j’ai envie de faire du bien autour de moi, encore et encore.  

Goût de l’effort

Une journée entière seule avec les deux p’tits me demande un réel effort… Mais, petit rappel (https://hp-out.com/2018/11/20/20-11-2018-mon-tableau-de-visualistation/), le but est de se sentir fier d’avoir fait un effort supplémentaire, non obligatoire, afin de reprendre un peu confiance. À ma plus grande surprise, j’ai réussi à aller dans un magasin de vêtements avec les deux petits qui avaient urgemment besoin de quelques vêtements plus chauds. Et j’ai même réussi à ne pas m’énerver (bon, j’avoue, la plaine de jeu à l’intérieur du magasin m’a bien aidé).

Famille / moments de bonheur

J’ai peut-être été légèrement trop optimiste en décidant d’aller acheter des vêtements aux enfants. Et complètement irréfléchie en récompensant le calme des enfants par un fast-food. Retour à la voiture, je me crois en marche arrière alors que j’étais en marche avant. Ni une ni deux, hop, vroum, boum, je me retrouve avec la voiture perché sur un petit muret, avec le pneu complètement explosé. Et là, vous vous demandez ce que cette anecdote vient faire dans la rubrique « moments de bonheur ». Arrivée à la maison, je téléphone en larmes à mon mari : j’en ai marre, j’essaie d’être positive mais je ne suis plus capable de rien, ma tête ne revient pas. » Réaction de mon mari (à qui j’avais raconté l’histoire du pilote hier) ? « Personne n’est blessé ? Mais alors ça va, ne t’inquiète pas, je suis sûre que c’est une erreur que tu ne referas plus jamais. » ❤ Cette simple phrase me prouve encore une fois que ce ne sont pas les faits en soi qui nous rendent malades, mais plutôt la réaction des autres (et la nôtre). C’est vrai, après tout, ce n’est qu’un pneu.   

Prendre soin de soi

Grâce à cette histoire de pneu (nous nous sommes promis de voir le positif dans tout, non ? :-p ), les enfants et moi nous sommes promenés une vingtaine de minutes pour rentrer à la maison. Ouf, car j’avoue que je n’ai plus le courage à chercher à me faire du bien 😉

Conclusion

Une journée comme celle-ci aurait été mauvaise à tout point de vue à mes yeux si je n’avais pas mes six engagements. Mais grâce à eux, je m’accroche au positif et je me rends compte que j’ai de quoi être fière, plutôt que de me lamenter pour une fausse manip. Mais la vie est belle, bien trop belle que pour râler pour ce genre de choses insignifiantes. Vive la vie! 🙂

Auteur : hp DYSjonctée

Dys, hp et en burnout sévère... parce que je n’en fais jamais rien à moitié.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s