premier matin

Le matin, je me traîne. Sortir du lit est difficile. Mais ce matin est différent.     Une pensée exaltante me donne une énergie nouvelle ou du moins oubliée : ce matin, mon miracle burnout commence. 😊 Ayant cette foutue manie de me parler à moi-même, je mets les choses aux claires directement : mollo avec cette énergie miss, au sinon, dans une heure, tu t’écroules ! Et si j’écris ces quelques lignes, c’est que j’ai tenu bon, oui oui ! Première journée à noter dans mon carnet, c’est parti. 

 Silence

Sentant que cette énergie dévorante va être difficile à contrôler, je décide d’appliquer directement mon premier engagement : Le silence. Je m’installe en position assise dans le fauteuil et je respire tranquillement, les yeux fermés. Je n’y connais encore rien en méditation mais chaque chose en son temps, se concentrer sur sa respiration, en soi, est déjà franchement bénéfique et  ne demande pas un long apprentissage  😉  Drôle de sensation après ces cinq premières minutes, je ressens toujours autant d’énergie mais en version moins dévorante, plus posée. Hop, premier engagement, Check.  

Lecture

Je décide de passer directement à la lecture pour profiter encore un peu de cette ambiance sereine (encore un mot devenu rare et précieux depuis mon burnout). Je commence le livre « la magie » de Rhonda Byrne, sachant qu’elle y propose des « procédés magiques » pour apprendre la gratitude, une mission par jour, parfait pour commencer mon miracle’ burnout. 

Procédé pour le jour 1 : Aujourd’hui, vous dresserez une liste toute simple de dix bienfaits pour lesquels vous êtes reconnaissant. J’ai essayé de me concentrer sur des éléments essentiels en me disant que j’aurais bien assez de temps plus tard pour en trouver des plus petites. Voici donc ma liste : 

  • Notre belle maison passive construite par mon mari et son papa. 
  • Mon mari et mes parents qui font tout pour me soulager et qui ont plus d’empathie envers moi que j’en ai pour moi-même. 
  • Mes enfants qui me rappellent l’importance du présent et me donnent la plus grande motivation pour sortir de ce gouffre. 
  • Mes amis, on dit qu’on fait le tri pendant une longue maladie… J’ai de la chance, aucun ne m’a déçu, ils sont tous à fond derrière moi. 
  • La saison qui repose mon esprit. Je sens telle une harmonie entre mon for intérieur et l’automne et ressentir cette « connexion », bizarrement (ouî, oui, j’en ai conscience) m’apaise.
  • Les livres de développement personnel qui m’aident tellement à comprendre, à mettre du sens dans cette maladie, à travailler sur moi-même. 
  • Mes animaux qui me tiennent compagnie la journée sans pour autant briser le silence.
  • … ah ben, justement… Le silence ou du moins le fait que j’ai regulierement la possibilité d’en savourer les bienfaits.
  • ma psychologue qui me tiens en vie et qui est la seule à reussir à me’ sortir du gouffre à chaque fois. 
  • Mon boulot, mes’ collegues, ma direction : j’en ne ressens aucun jugement, j’en recois tellement de soutien, comment n’en pas tr ère reconnaissante. 

Goût de l’effort 

Le mercredi est toujours une journée fatigante vu que les enfants ne vont à l’école qu’en matinée. Je ne pouvais donc vraiment pas tirer sur la corde. Mais j’ai trouvé une idée d’effort réel mais soft : téléphoner pour réserver la fête d’anniversaire de mon bientôt-sept-ans. Vu que je tends un peu vers une phobie sociale, c’est un réel effort à mes yeux. Fière de moi 😊

Prendre soin de soi

Petite séance chez ma psychologue, j’ai montré mon tableau, elle adore l’idée 😊

Famille

Petit moment privilège avec ma quatorze ans. On papote, on rigole, ça fait du bien 😊

Ecriture

« Je suis ici pour vous dire que la magie à laquelle vous avez cru un jour est vraie, et que c’est la perception de la vie de l’adulte désillusionné qui est fausse. »

Conclusion

Je ne suis pas dupe, je sais qu’il y a l’excaltation des débuts, comme dans toute situation. Mais qu’est-ce que ça fait du bien de sentir à nouveau une petite flamme renaître en soi. Avoir l’impression de contrôler cette maladie me fait beaucoup de bien. Je sais qu’il y aura encore des rechutes mais… carpe diem, l’instant présent me fait du bien ! 😊

Auteur : hp DYSjonctée

Dys, hp et en burnout sévère... parce que je n’en fais jamais rien à moitié.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s