20-11-2018 Mon tableau de visualisation

J’ai décidé d’appliquer un des conseils d’Hal Elrod : créer un tableau de visualisation. Première croyance limitante combattue d’emblée : je ne suis pas manuelle, je n’ai aucun talent artistique et je ne prends pas plaisir à faire ce genre de choses. Bon, le but de ce collage n’était pas artistique (heureusement ai-je envie de dire 😉 ). Je dois par contre admettre que j’ai pris énormément de plaisir à le faire. Et puis, ça fait du bien de faire le tri dans ses pensées. Trois grands points se retrouvent sur mon tableau : mes motivations, mes limites et mes engagements.

Mes motivations 

Comment garder le moral quand on passe un an à se fixer un objectif qui n’est pas atteignable ? À chaque fois que je sors du médecin avec un nouveau certificat, je me jure que c’est le dernier. Et à chaque fois qu’il est prolongé, je me le reproche, je me sens en situation d’échec et je sombre dans les idées noires jusqu’à ce que j’arrive à nouveau à trouver l’énergie de croire en ma guérison RAPIDE. Il est temps de lâcher prise. Pour cela, j’ai décidé de me fixer des objectifs atteignables : diminuer puis stopper les anti-dépresseurs, éviter l’hospitalisation, retrouver un rythme même s’il est lent et retrouver une vie de famille harmonieuse. J’oublie le travail et je me concentre sur les progrès au niveau de mes quatre objectifs. Tant que ceux-ci ne sont pas maitrisés, il est inutile d’espérer retravailler.

Ma résilience

Il n’y a qu’en acceptant mes limites que je peux espérer progresser. J’ai préféré ne pas noter des détails tels que vertiges, problèmes digestifs,… Au lieu de ça, j’ai préféré cibler quelques règles d’or. J’en ai trouvé trois : 

  • Accepter que la reprise n’est pas pour tout de suite.
  • Profiter du calme la journée sans culpabilité car cela me permet de profiter un peu de la vie de famille lorsque tout le monde est à la maison.
  • Respecter mes limites au niveau de la concentration. 

Mes engagements

J’ai essayé de bien garder en tête le précieux conseil de l’auteur de miracle morning : trouver des objectifs atteignables, y aller progressivement. J’ai décidé de cibler des thèmes plutôt que des activités précises afin de me laisser beaucoup de liberté quant à ma façon de gérer ces engagements. Je ne vais donc pas appliquer le conseil d’être précis (quand, combien de temps,…) et juste m’engager à noter tous les jours quelque chose de positif dans mon carnet d’écriture au sujet des six thèmes choisis : 

  • Silence : méditation, respiration profonde, réflexions, gratitudes,…
  • Lecture : extraits qui me plaisent.
  • Écriture : affirmations, progrès, moments de bonheur
  • Goût de l’effort : cuisiner, rendre notre foyer chaleureux,…
  • Prendre soin de soi : exercices physiques, kiné, psychologue, activités relaxantes,…
  • Famille : lâcher prise et profiter du moment présent.
Goût de l’effort : petite précision

J’ai bien conscience que tout demande un effort quand on est en burnout. Mais ce sont des efforts qui ne nous valorisent absolument pas. Faire un effort surhumain pour sortir du lit, pour maitriser angoisses et vertiges ou pour tenir une petite conversation sont des efforts usants qu’on s’efforce de maintenir afin de ne pas tomber encore plus bas. Non, ici, je veux parler d’un effort valorisant. Essayons tous les jours de faire un petit truc qui n’était absolument pas obligatoire, qui nous a demandé un certain effort mais qui nous rappelle le plaisir que procure cet effort. Nous avons perdu toute confiance en nous, appliquons-nous tous les jours à la retrouver en nous prouvant que nous sommes encore capable de certaines choses.

Et toi ?

Si mon article te donne envie de faire de même, n’hésite pas à m’envoyer une photo de ton collage avec ou sans explications.

Auteur : hp DYSjonctée

Dys, hp et en burnout sévère... parce que je n’en fais jamais rien à moitié.

6 réflexions sur « 20-11-2018 Mon tableau de visualisation »

  1. Pas artistique…? Je le trouve même poétique votre collage.
    En commençant à lire, j’ai repensé à une de mes lectures récentes (un article de psychologie) sur la résilience. En voyant que vous abordiez le sujet, je pensais retrouver ce à quoi je pensais dans ce passage, mais non. Je me permets donc de partager ça avec vous parce que ma découverte m’a surprise mais aussi ouvert les yeux. Je me pensais résiliente… oui, malgré mon burnout, je pensais qu’en général, j’encaissais bien et j’apprenais de ces expériences négatives. Et en lisant les traits des personnes qui font preuve de résilience, la claque: ils font preuve d’auto-compassion. Seigneur… j’ai toujours été dans l’auto-critique. Je suis très exigeante avec moi-même (même si je n’en ai pas l’impression) et tombe donc souvent dans l’auto-critique. Je lui donne différents noms… Soit. Je réalise que je devrais écrire une entrée sur mon propre site sur le sujet. En attendant, je voulais vous demander: pourriez-vous ajouter dans votre liste « Faire preuve de compassion envers moi-même »? Vous commencez par critiquer vos talents artistiques… cette petite parenthèse, sans avoir l’air d’y toucher « heureusement, ai-je envie de dire » suivi du clin d’œil pour effacer votre malaise face à votre propre conclusion: ce n’est pas artistique. Au-delà du fait que l’art est une expérience personnelle (moi, je trouve ça artistique; Pierre, Paul et Jean peut-être pas, mais on s’en tape), vous vous critiquez subtilement. La phrase devrait être « Pour quelqu’un qui estime ne pas avoir de talent artistique, le résultat est vraiment pas mal. » (remarquez que je commence doucement avec un « pas mal », pour que vous puissiez y croire;))
    Bref. Essayez de reformuler votre dialogue intérieure. Je m’y attèle aussi, promis. Deux HP qui renaissent de leurs cendres valent mieux qu’une, hein ? 😉

    Belle journée

    Aimé par 1 personne

    1. Oh, mille mercis pour ce retour enrichissant. C’est marrant car je viens de me prendre la même claques : mince alors, je n’en suis pas si positive que je le pensais. Jamais envers moi-même. Mais finalement, ça retire toute crédibilité à mon esprit positif. Et me voilà donc me promettant d’y faire attention… jusqu’à ce que je lise votre petit mot… mince, je me suis fait avoir, je me suis critiquée sans même m’en rendre compte. Vous avez raison, j’aime mon panneau et j’en suis fière 😊 Merci à vous 🙏

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s