Les quatre accords Toltèques

Mon maître BO m’a amené à apprécier un livre dont je me serais totalement désintéressée il y a à peine un an. Aujourd’hui, il s’ajoute à ma liste de livres qui ont changé ma vision de la vie. Ce livre, c’est « les quatre accords Toltèques » (bon paraît qu’il y en a un cinquième entre temps mais je l’ai vu qu’après avoir acheté les quatre accords donc ce sera pour une prochaine fois). Don Miguel Ruiz nous y propose de partir à la conquête de notre harmonie intérieure, et ce en devenant libre d’être qui nous sommes réellement. Nous devons nous accepter et accepter les autres tels qu’ils sont car l’amour véritable est inconditionnel.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le burnout, c’est comme tomber de son cheval en plein galop. Rappelons-nous que c’est la maladie des motivés. Il faut donc réellement imaginer une personne prenant plaisir à galoper sur la plage, avec l’impression de parfaitement maîtriser son cheval, avant de se retrouver brutalement à terre. Comme dit dans le film « la haine » : « le plus dur, c’est pas la chute, c’est l’atterrissage ». Se prendre le mur alors qu’on a l’impression de maîtriser parfaitement sa vie est traumatisant. Il faut donc premièrement guérir les blessures, mais il faudra aussi et surtout oser remonter sur un cheval. Je n’en suis physiquement pas encore capable, c’est un fait. Mais je sais qu’au delà de cette difficulté, il me faudra aussi et surtout OSER me lancer à nouveau dans la vie active. Et pour cela, il faut reprendre confiance en soi et en la vie. Retrouver son pouvoir personnel me parle donc plus que jamais. Mais comment faire ? Comment se croire à nouveau capable d’affronter un monde qui nous a mis à terre ?

La part du Colibri.jpgLes paroles de l’auteur me font penser à l’histoire du colibri. Non, je n’ai pas d’impact sur ce monde qui semble tourner mal mais j’ai du pouvoir sur MON monde. Aimons la vie, aimons les gens autour de nous, acceptons-nous comme nous sommes avec nos propres croyances, nos propres valeurs, notre propre rêve, nos qualités et nos défauts. Faisons comme le petit colibri, faisons notre part, créons la paix dans notre petit univers et laissons les autres faire de même avec leur univers à eux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour comprendre la philosophie des Toltèques, il faut comprendre le principe des croyances limitantes. Don Miguel Ruiz parle de l’éducation en terme de domestication. Nous domestiquons nos enfants en les punissant lorsqu’ils ne répondent pas à nos croyances et à nos valeurs et on les récompense lorsqu’ils les respectent. Adultes, nous maintenons ces mécanismes : nous nous faisons nous-mêmes des reproches, nous nous auto-punissons constamment. Chaque opinion que nous intégrons comme vraie donnera lieu à une croyance : je ne dois pas être comme ceci, je dois faire cela,… Nous ne nous en rendons pas compte mais nous dépensons tellement d’énergie à maintenir tous les accords qu’on a passés avec soi-même et avec les autres qu’on n’a plus assez d’énergie que pour développer notre propre potentiel. Toute notre énergie part dans des tentatives infructueuses de correspondre à l’image parfaite que l’on s’impose. Ayant honte de ne pas être parfaits et ayant peur d’être rejetés, nous créons des masques sociaux et peinons à les respecter. N’est-ce pas là une explication cohérente pour nous qui sommes en burnout ?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rêvons, rêvons librement, rêvons chacun à notre façon, assumons nos croyances tout en acceptant celles des autres, créons notre propre rêve, celui qui nous donne l’énergie d’affronter positivement ce monde. Soyons libre !

L’auteur propose quatre accords pour se libérer de tous les autres petits accords qui nous maintiennent dans la peur (la peur d’être soi) et qui nous empêche de nous réaliser pleinement. Car les Toltèques ont confiance en l’espèce humaine : nous sommes fait pour aimer, nul besoin de nous oppresser pour cela, bien au contraire. Pour le faire bien, nous devons le faire librement et de façon inconditionnelle.

Que-votre-parole-soit-impeccable.png

Que votre parole soit impeccable

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous avons tendance à nous mépriser à travers la parole : je suis nul, je suis moche, j’ai grossi, j’ai vieilli,… Soyons libres et heureux en utilisant la parole de façon positive et responsable. Pour cela, il faut avoir conscience de l’impact de nos paroles. Celles-ci ont énormément de pouvoir. Utilisons nos mots pour donner de l’amour, ne soyons pas médisants, la médisance étant devenue pourtant la principale forme de communication de la société humaine. Je pense sincèrement que mon pouvoir personnel c’est l’amour. J’aime facilement et j’ai une tendance naturelle à accepter les personnes telles qu’elles sont. Ce qui ne ’empêche pas, bien entendu, d’avoir des paroles méprisantes. Mais par dessus tout, j’avoue ne pas avoir une parole impeccable avec moi-même et l’envie de cesser de me juger à tout bout de champ fait son chemin.

Quoi qu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle.  

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Prenons l’exemple de cette maman migraineuse et de sa petite fille qui chante joyeusement à côté d’elle. La maman, épuisée, ordonne à sa fille de cesser de chanter aussi fort. Sa fille va le prendre personnellement. Elle va estimer que c’est de sa faute si sa maman est en colère, or c’est sa migraine qui en est responsable, non la voix de son enfant. Mais la petite fille ajoutera un accord à ses croyances : ne jamais chanter car elle a une voix énervante. Adultes, nous continuons à tout prendre personnellement de la sorte. Il faut se libérer de cette emprise. Rendons à chacun la responsabilité de ses actes, de ses réactions et de ses paroles.

Ne faites pas de suppositions

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous avez un coup de cœur pour une personne ? Vous avez envie de le lui écrire mais… il va vous trouver nul, il vous a probablement déjà oublié, il ne va pas apprécier… Nous faisons des suppositions et allons prendre des décisions sur base de ces suppositions. Nous devrions simplement dire ce que nous avons à dire (de façon impeccable), exprimer clairement nos pensées, nos besoins et nos attentes, et le reste n’est pas de notre responsabilité. Non, aimer quelqu’un ne veut pas dire que nous devons deviner ses besoins. A nous d’être clairs avec les autres et avec nous-mêmes, posons des questions et répondons honnêtement à celles qui nous sont posées.

Faites toujours de votre mieux. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est la partie que je préfère et qui rejoins la parentalité positive. N’apprenons pas à nos enfants la satisfaction d’une récompense et la crainte d’une punition. Non ! Faisons de notre mieux parce que faire de son mieux rend heureux, tout simplement. Attention à nous qui sommes sujets au burnout : faire de son mieux, pas moins – au risque de ressentir honte et culpabilité – mais il ne faut pas non plus faire plus que son mieux, au risque de s’épuiser et de saboter tout notre potentiel.

Conclusion

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Soyons maître de notre vie, créateur de notre rêve. Trouvons ce qui nous anime, notre pouvoir personnel, et accomplissons-nous librement. Libérons-nous. Le monde est beau et merveilleux !

quatreaccordstolteques - 67.jpg

Je vous laisse, un nouveau livre m’attend.

signature_1

Auteur : hp DYSjonctée

Dys, hp et en burnout sévère... parce que je n’en fais jamais rien à moitié.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s