Être seul(e) tu apprécieras

Aimer être seul(e)… De nos jours, nous faisons plutôt tout pour ne jamais subir la solitude. Les réseaux sociaux et nos amis virtuels nous suivent partout grâce à nos smartphones. Mais qu’est-ce qui nous fait tellement peur pour qu’on ait une vision si négative de la solitude ?

La solitude est une plainte fréquente chez les personnes malades. Combien ne vous diront pas avoir fait le tri dans leurs amis durant une longue période de maladie ? Je dois avouer que j’ai beaucoup de chance à ce niveau là. Je me sens soutenue de toute part, tant par mes amis que par la famille.

Pourtant, la maladie m’a isolée malgré tout. Ne supportant plus le bruit ou la foule, ayant du mal à me concentrer suffisamment que pour tenir une conversation, je me suis très vite résignée à m’isoler. Malheureusement, ce n’était pas un choix. Je subissais cette solitude et m’apitoyais sur mon sort.

LA SOLITUDE REVIGORE, L’ISOLEMENT TUE (Joseph Roux)

lynx-103313_960_720

Je me sentais totalement isolée, coupée du monde et je le vivais très mal. Une pointe de jalousie résonnait en moi à chaque fois que mon mari et mes enfants franchissaient la porte d’entrée pour partir vivre leur journée. Je me sentais obligée de rester seule à cause de la maladie, c’était un véritable supplice à mes yeux. La vie n’avait plus de sens…

Petit à petit, je me rendis compte que rien ne m’empêchait de sortir seule et d’aller me promener par exemple. Je n’étais pas isolée, j’avais juste besoin de moments de solitude. C’était moi qui en faisais un problème en le subissant tel qu’un isolement forcée.

IL Y A DEUX SORTES DE FATIGUE JE CROIS… CELLE OÙ TU AS BESOIN DE SOMMEIL ET CELLE OÙ TU AS BESOIN D’ÊTRE SEUL(E)    (citationdefilles.com)

rock-731140_960_720

J’étais en épuisement total ; physiquement, mentalement et émotionnellement. J’avais un besoin vital de calme pour récupérer. Ca dépassait le besoin de sommeil. Je n’encaissais plus le moindre stimulus. Etre seule me faisait du bien. Pourquoi était-ce si difficile à accepter ?

POURQUOI TOUT LE MONDE FUIT LA SOLITUDE ? PARCE QU’ELLE OBLIGE À PENSER ! (l’amour dure trois ans).

girl-1822702_960_720

Nous passons notre temps à être stimulé de toute part. Les nouvelles technologies ont bien évidemment amplifiées le problème. Je ne sais pas toi mais en ce qui me concerne, rester ne serait-ce qu’une minute sans rien faire, en voiture devant un feu rouge par exemple, m’était devenue impossible. Dès que j’avais un instant pour laisser vagabonder mes pensées, je déverrouillais frénétiquement mon GSM pour vérifier ceci ou cela. Seule à la maison, je fonctionnais de la même façon : télévision ou coup de fil à un ami, je n’étais jamais seule avec moi-même. Tout le monde semble touché par le virus. Du moins, suffisamment de personnes pour que nous puissions trouver cette attitude normale. Pourtant, que nous le voulions ou non, cette frénésie est une fuite qui nous permet de ne pas trop penser et donc de ne pas affronter les aléas de la vie. On ne sait régler un problème qu’en l’affrontant, cela va de soi mais malgré tout nous espérons si souvent y arriver en fuyant le problème. Cela parait si simple : ne pense pas à ce qui t’angoisse, ne pense pas à ce qui ne va pas.

Je ne me suis jamais posée de questions à ce sujet, je ne l’ai jamais entrevu comme un problème… Jusqu’au burnout. Jusqu’à ce que tout ce que je refoule m’explose en pleine figure. Finalement, c’est peut-être ça l’enfer du burnout : ne plus pouvoir être dans l’action, perdre le sentiment de contrôle sur la vie et, par conséquence, être confrontée à ses pires angoisses. Et l’une de mes grandes angoisses étaient sans nul doute la solitude. Je l’avais si minutieusement fuit que j’ignorais même l’existence de cette angoisse. Mais mon maître BO en a décidé autrement. Que je le veuille ou non, je vais dorénavant  devoir apprendre à savourer les moments de solitude. Tout un travail. Mais comme je l’explique dans une tranche de vie (la peur de la solitude), j’y arrive de mieux en mieux.

DANS LE SILENCE ET LA SOLITUDE, ON N’ENTEND PLUS QUE L’ESSENTIEL ! (Ggocit.wordpresse.com)

wolf-3158282_960_720

Nous avons besoin de ces instants de solitude durant lesquels on se concentre sur nos sensations intérieures, nos émotions, nos attentes, nos besoins… Du temps pour revenir à l’essentiel… à nous-mêmes. Oui, oui, tu m’as bien entendu. L’essentiel, c’est TOI et personne d’autre ! Et ne pas se donner du temps pour s’écouter au plus profond de nous-mêmes revient à ne nous connaître qu’en tant qu’être social.

LA SOLITUDE N’EST PAS L’ABSENCE DE COMPAGNIE, MAIS LE MOMENT OÙ NOTRE ÂME EST LIBRE DE CONVERSER AVEC NOUS ET NOUS AIDER À DÉCIDER DE NOS VIES. Paulo Coelho

stones-1372677_960_720

Etre seule me permet de lire des livres de développement personnel, aide précieuse pour apprendre à se connaître et à s’aimer. Je peux aussi écrire, élément devenu essentiel pour moi depuis que j’ai compris à quel point ça m’aide à me vider la tête et à structurer mes pensées. Je n’arrive pas encore à méditer mais j’apprécie de plus en plus les moments de calme et je subis de moins en moins les moments où mon cerveau sature trop pour lire, écrire ou faire tout autre activité demandant un minimum de concentration. Je prends plaisir à vagabonder dans mes pensées sans rien faire d’autres. Ce n’est pas du temps gaspillé, c’est du temps précieux qui m’aide à me fortifier mentalement et émotionnellement.

Ces moments de solitude m’ont permis de faire un bon en avant dans la connaissance de soi. J’ai même découvert le nœud du problème : pour pouvoir accepter des moments de solitude, il faut… s’aimer. Eh oui, la solitude est liée à l’amour propre. C’est lui qui te permet d’apprécier ta propre présence. J’ai donc pris conscience que je ne fuis pas seulement mes pensées, je me fuis moi-même tout simplement. Combien de personnes ignorent, tout comme moi il y a peu, que derrière le besoin d’être toujours en action, il y a la crainte d’être seul(e) avec soi-même ? La capacité d’être seul, c’est la capacité d’aimer.

Cela peut vous sembler paradoxal mais ça ne l’est pas. C’est une vérité existentielle : seules les personnes qui ont la capacité de vivre seules sont capable d’amour, de partager, d’aller en profondeur vers une autre personne, sans vouloir la posséder, sans être dépendante et sans essayer de la réduire à une chose. Osho

heart-3147976_960_720

Et si être bien avec les autres commençait justement par être bien avec soi-même ? Mes recherches sur la solitude m’amènent à un sujet sensible : la dépendance affective. Mais ça, ce sera pour une prochaine fois 😉

signature_2

 

 

 

Billet lié : LA PEUR DE LA SOLITUDE (https://hp-out.com/2018/08/24/la-peur-de-la-solitude/)

 

Articles/vidéos qui m’ont aidé à prendre conscience des bienfaits de la solitude : 

https://www.da.fr/blog/apprendre-apprecier-sa-solitude/

http://www.psychologies.com/Moi/Moi-et-les-autres/Solitude

https://www.espritsciencemetaphysiques.com/lorsque-vous-commencerez-a-apprecier-la-solitude-ces-10-choses-arriveront.html

Auteur : hp DYSjonctée

Dys, hp et en burnout sévère... parce que je n’en fais jamais rien à moitié.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s