BO, mon maître Yoda.

Vous connaissez certainement cette sensation d’aller mieux. Sensation qui donne des ailes… qu’on brûle aussitôt. Après six mois de burn-out, je commençais à me sentir mieux. Malheureusement, je rechute. Il m’aura fallu une bonne semaine pour accepter ce retour en arrière. Mais je l’accepte. Je l’accepte car je garde en tête que c’est juste un apprentissage. Et j’en ai appris des choses sur moi-même en six mois ! Je sais par exemple que je puise dans mes ressources dès que celles-ci sont à nouveau disponibles. Inutile donc de m’étonner quand mon corps craque à nouveau.  Alors, ok, repartons « à zéro »… mais pas tout à fait quand même… Gardons en tête que chaque rechute est un apprentissage qui permet justement d’avancer, de progresser dans le chemin de la guérison. Dorénavant, mon BO sera tel un maître Yoda à mes yeux. Pas de rechute, pas d’échecs, juste des apprentissages de la vie…

 HP-DYSjonctée

 

Te libérer l’esprit en écrivant tu feras.

Te reposer tu feras, t’écrouler tu éviteras.

Accepter ta maladie tu feras.

Une réflexion sur « BO, mon maître Yoda. »

  1. On est chacun constamment en apprentissage. Rien n’est jamais acquis. Ni en positif ni en négatif.
    En tant que Personne humaine, on évolue chaque jour avec les événements, les environnements, les joies, les déceptions ; l’important est de garder son « âme » intacte et de la préserver dans chaque nouvelle enveloppe.
    En tant qu’Epouse, on ne ressemble plus du tout à celle qu’on était au moment de la rencontre et de l’engagement et Lui non plus ; l’important est d’entretenir l’Amour et de le faire vivre et d’y croire toujours.
    En tant que Maman, nos enfants évoluent sans cesse et laissent l’impression d’avoir de moins en moins besoin de nous ; l’important est de rester Maman, à leur écoute, à chaque étape de leur vie et jusqu’à la fin de nos jours.
    En tant que Corps humain, on est pris par surprise autant par la maladie, la dépression, le BO que par les bonheurs de chaque jour ; l’important est de garder l’Estime de soi et de l’entretenir envers et contre tout, dans la déchéance, sans rancune et dans la joie, sans ostentation.
    Il n’y a pas de retour en arrière. C’est un long chemin caillouteux et escarpé, un chemin de montagne. Tu avances pas à pas sur les cailloux. Tu glisses mais tu avances. Tu t’essouffles, mais tu te poses un instant puis tu avances. Au bout, il y a toujours le long soupir de la Victoire, le beau sourire qui oublie l’épuisement devant le décor prestigieux de la vie !
    Avec une immense affection.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s